• ACTU-EXPO : MONDRIAN FIGURATIF

    Vendredi 17 janvier 2020 à 10 h  - MONDRIAN FIGURATIF
     
    par  Marie-Agnès RENAUD conférencière en Histoire de l'Art

     
    Conférence-projection en parallèle avec l'exposition au Musée Marmottan-Monet jusqu'au 26 janvier 2020

    Le Musée Marmottan, fidèle à sa vocation de musée de grandes collections, présente aujourd'hui une sélection de tableaux du maître hollandais, en provenance du Kunstmuseum de La Haye, dépositaire du premier fonds mondial d'oeuvres de Mondrian.
     
    L'appellation "Mondrian figuratif" résonne un peu comme un paradoxe, puisque le peintre est un des pères de l'art abstrait. C'est pourtant sa première période (18901918) qui voit la floraison d'une séduisante peinture figurative : le clair-obscur des premiers paysages, puis la libération de la couleur, la recherche de la lumière dans ce que l'on nomme "le luminisme hollandais", jusqu'au néo-plasticisme et la beauté pure de l'orthogonalité.
     
    C'est un parcours dans la continuité, celui de la quête de la nature dans ce qu'elle a d'intemporel, d'immuable, d'universel. Mondrian est le digne héritier de Rembrandt et Van Gogh.

    Pas d'inscription se présenter directement au Théâtre Robert Manuel - Entrée : tarif 8 €

     
     
     
      
     


    votre commentaire
  • en parallèle avec l'exposition au Grand Palais du 16 octobre 2019 au 10 février 2020.

    Vidéo extrait 

    Actu-expo 15 novembre 2019 - "EL GRECO"

     Les Actu-expos 2019-2020 

    De la Crète à l'Espagne, en passant par Venise et Rome, le peintre s'est imprégné de multiples influences, tant dans son œuvre religieuse fervente que dans ses portraits de cour. Son art très particulier, entre figures austères et drapés flamboyants, saura intéresser jusqu'aux avant-gardes, ce qui atteste de son évidente modernité.

    L'exposition consacrée au Greco par les Galeries Nationales du Grand Palais est véritablement un événement artistique : c'est la première exposition monographique consacrée à l'artiste en France.
     
    Né en Crète en 1541, il va suivre un long périple, de Venise à Tolède en passant par Rome, qui l'enrichira de multiples influences et définira un style original très reconnaissable : ne dit-on pas "un Greco" ?
     
    Formé à l'art de l'icône, et donc à l'art codifié de la culture byzantine, il rejoint à 26 ans les rives de la culture occidentale renaissante et naturaliste, à Venise puis Rome.

    A Tolède, dans le climat de la Contre-Réforme de Philippe II, il développe de grandes compositions religieuses au mysticisme exalté : le dramatisme du cerne noir, les figures tournoyantes, donnent la réplique aux couleurs acidulées du maniérisme.  Il est également un grand portraitiste et paysagiste.

     
    Mélancolique et tourmenté, il voit sa gloire décliner et finit sa vie dans une relative solitude. Oublié après sa mort, il est redécouvert au XIXe siècle et très apprécié aujourd'hui pour la modernité de son maniérisme flamboyant.

    Pas de préinscription, se présenter directement au Théâtre Robert Manuel 

    Entrée : tarif unique 8€

     

    A venir : 

    17 janvier 2020 : Mondrian, entre figuration et abstractions (Marmottan)

    Piet Mondrian est surtout connu comme l'un des pères de l'art abstrait, par la radicalité de sa démarche dans le néo-classicisme (horizontal/vertical, rouge-jaune-bleu..). Mais sa première matière est celle d'un peintre dit "figuratif", dont les couleurs insolites, les formes stylisées et la composition rigoureuse rendent les paysages admirables. Il s'en dégage un fort sentiment d'intemporalité.

    27 mars 2020 : Thème non défini

     


    votre commentaire
  • Actu expo du 15 mars 2019

     

     

    "Le partage des formes"  

    en parallèle avec l'exposition du Centre Pompidou

    du 6 février au 6 mai 2019.

    Cette exposition est la première grande rétrospective française consacrée à l'ensemble de l'oeuvre de Vasarely (1906-1997).

    Peintures, sculptures, objets, publicités, décoration de bâtiments, documents, retracent l'itinéraire de l'artiste : depuis ses débuts géométriques dans la mouvance du Bauhaus, jusqu'à l'intégration architecturale finale, en passant par les célèbres effets d'optique qui assureront sa notoriété.

    Il compose souvent ses oeuvres à partir d'un "alphabet" de formes. Ces trompe-l'oeil fascinants le posent comme le pionnier indiscutable de l'Optical Art, dans la lignée des précurseurs de l'Abstraction Géométrique (Mondrian, Malévitch).

    Vasarely est aussi un précurseur dans la reproduction en série de l'oeuvre d'art par des procédés industriels.

    Il a l'ambition d'un art universel : "L'Art de demain sera trésor commun ou ne sera pas".

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Actu-expo du 18 janvier 2019"Le Caravage" de son vrai nom Michelangelo Merisi est né à Milan en 1571.

    "Jeune peintre il se rend à Rome pour entrer dans l'atelier de Guiseppe Cesari, dit le Cavalier d'Arpin.

    C'est là qu'il se fait connaître de la haute noblesse italienne.

    C'est là aussi qu'il multiplie les démêlés avec la justice.

    En 1606, à la suite d'une énième bagarre, il tue un homme et prend la fuite…."

     

    Actu-expo du 18 janvier 2019


    votre commentaire
  • Marie-Agnès Renaud présente les vendredis à 10h :

    16 novembre 2018 "Venise au temps de Vivaldi et de Tiepolo"  (Grand Palais),

    18 janvier 2019 " Caravage à Rome" (Musée Jacquemart-André) et

    15 mars 2019 –  "Vasarely" (Musée Pompidou)

    Actu expo du 16/11/2018

    Le GranLes Actu-expos 2018-2019d Palais célèbre l'art vénitien du XVIIIème siècle

    par une ambitieuse exposition du 26 septembre 2018 au 28 janvier2019.

    Bande annonce de l'exposition

    Venise, affaiblie dans son organisation sociale et politique trouve refuge dans une atmosphère de fête où elle convoque tous les arts : Canaletto, Piazetta et les vedute, Tiepolo qui sera son dernier grand peintre, Vivaldi qui enthousiasme les vénitiens avec ses concerts à la Pieta et bien sûr Farinelli qui sera appelé à la cour d'Espagne pour soigner Philippe V de sa mélancolie. La diffusion de cet art vénitien est générale en Europe.

    Le carnaval est l'emblème de ces plaisirs et Venise devient une capitale du libertinage ; l'abbé de Bernis diplomate français auprès de la Sérénissime et compagnon de jeu de Casanova est ainsi surnommé le cardinal des plaisirs. C'est cependant le chant du cygne de Venise car à la faveur de l'invasion napoléonienne, elle embrassera un autre avenir, touristique celui-là .

    La conférence sera illustrée par quelques extraits musicaux

    du grand répertoire baroque.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique