• COURS D -  Géopolitique du patrimoine et de l'archéologie

    de Emmanuel Lincot

    Les questions patrimoniales sont sensibles. Elles constituent autant de litiges entre les Etats que de rivalités passionnelles entre les peuples. L’émergence de pays anciennement colonisés conduit à des revendications patrimoniales, chaque année, plus nombreuses. Elles recoupent des affects de nature mémorielle et plus fondamentalement, géopolitique. Les comprendre revient non seulement à s’intéresser à la valeur juridique des objets litigieux, dans un contexte souvent asymétrique des relations entre les parties (ex-colonisateurs / ex-colonisés…) concernées, mais aussi aux aspects anthropologiques (l’évolution des sensibilités…) liés aux différends que des pillages ou des translocations ont depuis lors créé. Trophées aux valeurs rituelles, collections artistiques ou simples ruines : avec la montée des nationalismes, le patrimoine a pris une indéniable valeur politique. Touchant au divin, aux symboles de la puissance et à la culture, le patrimoine est aussi devenu un outil d’influence et de séduction dans la compétition internationale.

     11/01 Patrimoine et revendications identitaires. Le clivage Nord / Sud

    25/01 Patrimoine et « Soft power ». L’exemple du Louvre d'Abou Dhabi

    08/02 La Chine et la question patrimoniale. Les collections du Yuanmingyuan et les manuscrits de Dunhuang

    08/03 Que faire de Persépolis ? L’Iran et la question du patrimoine ante-islamique

    22/03 L’Afrique dans le contexte post-colonial

     

    Info -  Xavier Aurégan a dû quitter la région parisienne.

      

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique