• David DIOP - Frère d'âme

    Les lycéens lui ont attribué leur Goncourt.

    « Alfa Ndiaye, tirailleur sénégalais, ne pourra sauver son ami, son « plus que frère », Mademba, de l’horreur de la guerre, celui-ci mourra sous ses yeux dans d’atroces souffrances. 

    Dans cette ode à l’amitié et à la liberté, avec des mots justes, un style incantatoire évoquant les griots, David Diop nous narre le sort de ces deux jeunes tirailleurs sénégalais engagés aux côtés de l’armée française lors de la 1ère guerre mondiale et confrontés à la barbarie et à la folie meurtrière. 

    Dans ce livre écrit à la 1ère personne, tout en menant une réflexion philosophique et spirituelle, l’auteur nous conte la descente aux enfers, jusqu’à la folie , de ce jeune Alfa Ndiaye après la mort de son ami si cher. 

    Nous avons toutes aimé ce roman original, où il est question de l’absurdité de la guerre et qui a le mérite de donner la parole à ceux qu’on a peu entendus, les africains recrutés par milliers pour leur courage et leur capacité à terroriser. 

    Magnifique roman à lire et à relire ». 

    Groupe "31" lu en Janvier 2020

    Le roman "puissamment" original de David Diop sur fond de Grande guerre mérite honorablement ce prix. L’histoire de deux amis inséparables, tirailleurs sénégalais, nous plonge d’emblée dans l’enfer des tranchées et pose dès lors un questionnement sur les notions de liberté de penser et d’humanité : qu’est-ce qu’être humain sur une terre sans nom ? La force du récit tient dans une langue rythmée comme celle des griots africains. De très beaux passages valorisent l’amitié, l’amour et la reconnaissance. Les dernières pages assez complexes de ce livre paradoxalement poétique ouvrent sur un monde où survivent les âmes des morts. A découvrir absolument. 

    Groupe « Plaisir centre » - novembre 2019


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :