• En vieillissant les hommes pleurent de Jean-Luc SEIGLE

    Le vernis craque parfois même chez les hommes les plus armés pour laisser échapper quelques larmes.

    Notre groupe (certes exclusivement féminin) n’a pas versé de larmes lors de notre réunion de rentrée mais a apprécié à l’unanimité cette lecture. Séduites par la grâce de ce roman, nous nous sommes replongées avec délice dans les souvenirs anecdotiques de notre enfance.

    Par ailleurs nous avons été interpellées par le lever de rideau sur certaines pages d’ombre de notre Histoire si rarement évoquées voire volontairement  tues.

    Un grand Merci à Jean-Luc SEIGLE d’être venu à Lecture et Dialogue partager ses romans avec nous avec une si grande humilité.

    Groupe Renaissance - septembre  2016

     
    Joli livre sur nos souvenirs d'enfance ou chronique de l'ordinaire des années 1960 dans un petit village d'Auvergne, ce récit a interpellé et ému chacune d'entre nous.
     
    Une écriture fluide sans aucune longueur sert cette profonde réflexion sur la transmission familiale. Le roman plein d'humanisme dissimule le mal-être d'un homme qui n'a pas les mots pour dire l'humiliation causée par la guerre.
     
    En mai prochain, nous viendrons écouter avec intérêt Jean-Luc Seigle qui sait si bien parler des larmes des hommes vieillissant mais aussi de l'âme féminine.
     
    Groupe Plaisir Centre - janvier 2016

     

     Pas un seul commentaire négatif : nous avons toutes été touchées par ce très bon livre.

    Le style participe pour beaucoup au plaisir de la lecture mais aussi le retour dans le décor de notre enfance évoqué avec précision et tendresse.

    Roman tout en pudeur et émotion dans lequel l’auteur met des mots là où la vie laisse des non-dits.

    Bref un livre que nous conseillons grandement.

    Groupe Aqueduc - décembre 2015

     

    Quatrième de couverture : "9 juillet 1961.
    Dès le lever du jour, il fait déjà une chaleur à crever. Albert est ouvrier chez Michelin. Suzanne coud ses robes elle-même. Gilles, leur cadet, se passionne pour un roman de Balzac. Ce jour-là, la télévision fait son entrée dans la famille Chassaing. Tous attendent de voir Henri, le fils aîné, dans le reportage sur la guerre d'Algérie diffusé le soir même. Pour Albert, c'est le monde qui bascule.
    Saura-t-il y trouver sa place? Réflexion sur la modernité et le passage à la société de consommation, En vieillissant les hommes pleurent jette un regard saisissant sur les années 1960, théâtre intime et silencieux d'un des plus grands bouleversements du siècle dernier."

     


  • Commentaires

    1
    AnniePA
    Mardi 15 Décembre 2015 à 16:41

    Tout à fait d'accord. Le groupe Val Boissière a bp aimé aussi cette description délicate et vraie du tournant pris dans nos campagnes dans les années soixante par cette France rurale qui a disparu peu à peu au profit du modernisme et du "progrès". Allusion douloureuse, aussi, à la guerre d'Algérie qui portait le nom  "d'événements et de maintien de l'ordre" auxquels la plupart de nos maris ont participé et qui n'est pas souvent raconté dans les livres ou au cinéma. Il n'y a pas longtemps qu'on parle enfin de "guerre"... Très beau et bon livre !

    2
    Lundi 4 Juillet 2016 à 14:43

    Je voulais faire un commentaire mais je ne ferai pas mieux que celui signé François Busnel.

     

    "Ce roman.possède une grâce dont on ne sait dire avec exactitude d'où elle vient."

    "Jean-Luc Seigle signe un hymne à la vie qui porte les couleurs du désespoir. Avec pudeur, il met des mots sur les silences, conscient, sans doute, que les mutismes de l'Histoire tuent plus sûrement que les balles ennemies"

    A lire et à relire

    AA

    3
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 20:08

    Un livre comme une chanson de Jean Ferrat...

    Et pour ajouter à ce qu'en dit Annie Pa les pages sur la ligne Maginot ont été pour moi une révélation

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :