• Les désorientés d'Amin Maalouf

    En savoir plus : Qui sont les désorientés ? Certainement ceux qui ont perdu leur Orient.

    Magnifique jeu de mots d'Amin Maalouf.
    Un groupe d'amis va se retrouver, après 25 ans d'éloignement, pour évoquer la mémoire d'un des leurs qui vient de mourir, mais aussi pour évoquer leurs souvenirs communs et parler de leur parcours. Certains ont quitté leur pays et fui la guerre, d'autres sont restés, d'autres ont pris les armes ou sont entrés en religion. C'est un très beau récit que nous offre l'auteur, un récit choral où les différents personnages sont mis en lumière en alternance avec le journal intime d'Adam, le narrateur. C'est donc à la fois une histoire contée à la troisième personne et à la première personne : un jeu de ping-pong entre ce que croit savoir Adam et la réalité des parcours de ses amis. Grâce à cette diversité de caractères, Amin Maalouf ne nous impose rien. Il diversifie les opinions et notre regard. Il nous apprend à vivre l'histoire du Liban et à ressentir les évènements de l'intérieur et de l'extérieur. C'est brillant, subtil, enrichissant. Dans ce roman, Amin Maalouf ne cite jamais le Liban. Ici, il le nomme le Levant. Sans doute par pudeur (ne pas parler de soi) et pour occulter la douleur (quitter sa terre natale).

    Commentaires des groupes

     Voix de l'ouverture et de la tolérance, écrivain de talent, Amin Maalouf, avec "les désorientés", a remporté la majorité dans notre groupe, parmi tous les livres de qualité dont nous avons parlé cette année. Tous les personnages, ainsi que leurs parcours de vie très divers, ont vraiment retenu notre intérêt et suscité beaucoup d'émotions. L'auteur, avec une belle plume, élève constamment le débat et nourrit notre réflexion en traitant de sujets majeurs comme la guerre, l'exil, l'amitié, l'amour, la religion, le rapport Juifs et Arabes, celui de l'Orient et l'Occident… qui ne pouvaient nous laisser indifférentes. Bref, un livre qui restera dans nos mémoires !   Groupe Simone de Beauvoir juin 2017 

     

     Les désorientés d'Amin Maalouf est le roman d'une génération « désorientée » par la guerre civile du Liban, nom qu'Amin Maalouf ne prononce jamais.

    Les personnages sont des amis de jeunesse, que la guerre a dispersé, en France pour Adam, au Brésil pour Naïm, aux Etats-Unis pour Albert, Ramez, lui, depuis la Jordanie, construit dans le monde entier, les autres sont restés et ne comprennent pas le départ de leurs amis.

    La mort de Mourad resté au pays et ayant cédé à la corruption, pour garder ses biens, va amener Adam, le narrateur, à revenir au pays et à tenter de réunir la bande 25 ans après.

    Chacun raconte son histoire liée à leur communauté d'origine : maronite, sunnite, juive, et à leur difficulté à continuer à vivre ensemble. Pourront-ils se retrouver sans règlement de compte ?

    Notre groupe a aimé ce roman plein d'humanité, même si certaines ont eu de mal à y entrer

    Groupe - Val Boissière - Avril 2016

      

    Après 25 ans d'exil en France, Adam revient au Liban, son pays natal, parce qu’un ami de jeunesse va mourir. A cette occasion, il souhaite réunir des anciens amis dont les rêves et les idéaux ont été brisés par la guerre, qui les a dispersés aux quatre coins du monde. Ce récit autobiographique parle de la difficulté du retour et mélange douceur de vivre, désillusion et amertume. L'auteur nous plonge au cœur des contradictions humaines, des compromis, du sentiment de culpabilité, de la trahison aux idéaux.

     

    Nous avons toutes trouvé ce livre intéressant à lire. Nous avons aimé le style clair et l'écriture fluide et érudite de Maalouf et avons beaucoup appris sur la guerre du Liban. Cependant, quelques techniques littéraires employées (échange de lettres, mails, notes du journal intime du personnage principal) n'ont pas fait l'unanimité.

     Ce roman a donné lieu à un débat très animé sur l'exil, les religions, le racisme, l'intolérance et même sur le terrorisme, sujet très actuel en France.

     Groupe Cent Arpents – janvier 2015

      

    Comment ne pas tomber sous le charme de l’auteur et de son livre. Ce franco-libanais nous transporte pour 16 jours au Liban, 16 jours au cours desquels Adam tente de reconstituer la bande d’amis qui s'est disloquée dans le monde entier suite aux événements des années 70.

     

    Fallait-il partir ou rester ? On ne quitte pas son pays, ses racines impunément ni sans décevoir. Les uns parlent d’abandon, d’autres vont jusqu’à évoquer la trahison. Il y a tout cela dans ce roman et bien d’autres choses encore. L’amour et l’amitié, les idéaux et la compromission, la politique, le désir, la nostalgie.

    Nous nous sommes attachées aux personnages et à leurs destins.

    On garde à l'esprit des phrases entières - «De la disparition du passé, on se console facilement ; c'est de la disparition de l'avenir qu'on ne se remet pas.» Ou encore : «tout homme a le droit de partir, c’est son pays qui doit le persuader de rester.»

    A travers une écriture simple, claire, fluide l’auteur nous parle de l’universalité des destins des personnages.

     Les Désorientés, superbe titre à double sens, a été très apprécié par la totalité du groupe  et nous en conseillons fortement la lecture.

    Un livre d’une très grande force qui amène à réfléchir sur l’état du monde.

     Groupe de l’Aqueduc – septembre 2013 

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :