• Vendredi "coups de coeur" du 27 novembre 2015

    Vendredi, la réunion « coup de cœur » était entièrement consacrée à la pièce de théâtre « Porteur d’histoire ». Pour ne pas faillir à la tradition de notre association, nous avons fait cercle pour un échange « lecdialien » décontracté et convivial autour d’un café gourmand.

    Après avoir présenté l’auteur et metteur en scène Alexis Michalik, décrit décor et costumes, exprimé notre surprise devant l’étonnante et efficace performance des comédiens, cherché dans nos souvenirs littéraires mais pas seulement, à retrouver le nom de personnages célèbres évoqués, les pays, les lieux, les légendes …... nous étions toutes d’accord pour dire que nous avons vu l’immense bibliothèque, la vieille Peugeot, la calèche, le cimetière, la fontaine… et bien sûr avoir reconnu Alexandre Dumas.

    Bref, la matinée est passée très vite et nous nous sommes quittées en nous remerciant mutuellement de ces deux heures hors du temps, bien agréable par les temps qui courent !

    Pardon à celles et ceux qui ne pouvaient être présents. Des réunions "coups de cœur" ont lieu tous les vendredis de 10h à 12h …. Alors … n’hésitez pas à venir parler de vos propres coups de cœur... littéraires... mais pas seulement, vous êtes les bienvenu(e)s .

    Commentaires de l'auteur

    Le théâtre, générateur inépuisable d’imaginaire

    Le Porteur d’histoire est une réflexion sur la part du récit dans nos vies et sur son importance. Comment explorer, à travers un spectacle, une multitude de modes de narration ? Pour ce faire, j’ai choisi cinq acteurs : trois hommes et deux femmes; cinq tabourets, un plateau nu et deux portants chargés de costumes. Les cinq acteurs incarnent un nombre illimité de personnages fictionnels ou historiques. Au fil du récit, ils deviennent moteurs et instruments narratifs.

    En premier lieu, j’ai commencé par raconter l’histoire que j’avais en tête à chacun des acteurs, perpétuant ainsi la tradition orale du conte ou du récit. Ce faisant, j’élaborais moi-même mon histoire au fil des entrevues. Je répartis ensuite les rôles et les répétitions commencèrent. J’utilisais alors des improvisations dirigées pour élaborer des scènes fragiles et vivantes, presque toujours sur le fil.
    J’enregistrais à l’aide d’un dictaphone le résultat de nos journées de travail, puis rentrais réécrire la scène, enrichie de la contribution des «personnages», comme s’ils existaient pour de bon.

    Qu’est-ce que l’Histoire ? Qu’est-ce qu’une histoire ? Qui sommes nous ?

    Le porteur d’histoire est un récit foisonnant, non linéaire, qui ouvre des tiroirs narratifs et des pistes illimitées de récit, en s’appuyant sur un terreau inépuisable : notre histoire commune.

    J’ai l’intime conviction que seul le théâtre, générateur inépuisable d’imaginaire, permet ce voyage extraordinaire de siècles en siècles, de continents en continents, avec pour seuls moyens des comédiens, quelques costumes et des spectateurs.  Alexis Michalik

    Vendredi "coup de coeur" du 27 novembre 2015

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :