• ...en pensant ou écoutant Hector Berlioz….

    2020 Croire à ses rêves en...Pour ce début d'année nous avons retenu cet extrait du support 

    "L'HISTOIRE "Vraie" de Vincent Jadot

    Le titre :  "Un temps d’avance"

    En avance sur son âge ...

    Hector Berlioz a 12 ans,  tombait fou amoureux d’une jeune fille de 18 ans. Mais la belle Estelle épousa l’oncle d’Hector, héros des guerres napoléoniennes. Une défaite digne de Waterloo pour Berlioz.

    La même année, il composât sa première œuvre musicale, intitulée  "Romance à Estelle".

    Ses nombreux chagrins d’amour allaient lui inspirer ses plus grands chefs d’œuvre.

    Pourtant, ce fils de médecin de campagne aurait dû marcher dans les traces de son père.

    Ce dernier l’avait d’ailleurs envoyé à Paris poursuivre des études de médecine. Mais il passait plus de temps sur les strapontins de l’opéra que sur les bancs de la faculté. C’était, dans les deux cas un élève dissipé, voire rebelle.

    C’est partition à la main qu’il écoutait les concerts. Il n’hésitait pas à se lever, hurlant que le chef d’orchestre avait mis « trop de cymbales à tel moment ou des trombones quand il n’en fallait pas ».

    En avance sur son temps …

    Hector voulait révolutionner la musique. Imposer sa vision. Pour être pris au sérieux, être reconnu, il tenta à 4 reprises de remporter le prestigieux prix de Rome. Après trois échecs, il réalisa son rêve, en 1830. Année durant laquelle il composa sa célèbre « Symphonie fantastique ».

    Les autres musiciens à quelques exceptions près (Paganini, Liszt, Wagner) le regardaient de travers. Ils le prirent pour un fou quand, par exemple, pour son Requiem, il plaça quatre fanfares aux quatre points cardinaux pour que les spectateurs soient plongés dans la musique.

    Lors des concerts, il dirigea les instruments par famille, avec des rôles bien séparés. Il estimait que le chef d’orchestre ne devait plus se contenter d’être un batteur de mesure, agitant sa baguette au rythme indiqué sur la partition.

    Il devait comprendre et interpréter les sentiments du compositeur.

    Une révolution qui inspira les musiciens du 20ème siècle.

    Et, alternant échecs et succès, il remporta une victoire à laquelle il ne croyait plus :

    "Hector finit par conquérir le cœur de son premier amour, la fameuse Estelle, alors qu’elle venait de fêter ses 66 ans".

    Texte de Vincent Jadot - Illustration Séverin Millet

      En 2020 célébration du 250ème anniversaire de BEETHOVEN

    2020 Croire à ses rêves en...

     

      

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique